AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La jalousie est un défaut plus que dangereux ft Andreas Vane

 :: Les Îles :: Port-Royal :: Cabinet médical Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 14 Jan - 13:52
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Médecin du Peuple
Date d'inscription : 21/12/2016
Messages : 67
Age : 26
Avatar : Tom Mison
Double compte : /
What do you want ?
La jalousie est un défaut plus que dangereux.
Maxwell Blackwood ✧ Andreas Vane
Maxwell savoure le goût acidulé de son quartier d’orange, l’air marin lui fouettant le visage et emmêlant ses cheveux autour de son visage. Il ferme les yeux et étire son dos, assis sur un  banc en pierres mouillé en face de la mer. Il aime observer la grande étendue d’eau sur le port de Port-Royal.  Ça le calme. Il a toujours adoré cette sensation de liberté absolue lorsqu’on navigue, l’adrénaline lorsque la mer se rebelle, le calme apaisant après chaque tempête. Le jeune médecin est un aventurier dans l’âme mais pour l’instant, c’est surtout un jeune homme sans le sous. Quoi que ça ne l’embête pas plus que ça, mais il aimerait tout de même pouvoir manger à sa guise et payer ses drogues, son vice. Son cabinet médical qu’il vient de finir d’aménager dans une petite salle qu’il loue au propriétaire marche déjà très bien. D’après ce qu’il a compris, il n’y a pas beaucoup de médecins qui s’installent dans les quartiers modestes de la ville. Ils préfèrent de loin servir les riches familles et être payé en conséquence.

Maxwell se relève et frotte son manteau usé avant de mettre ses poings dans ses poches et de revenir à pas lents vers son petit cabinet. Ce matin, il est venu rendre une petite visite à mademoiselle Elianor pour prendre son petit déjeuner chez elle. Il aime beaucoup se reposer dans son auberge. Les clients habituels se retournent encore sur lui avec un air sarcastique, mais ça leur passera. La nouvelle que le petit nouveau n’est autre qu’un médecin se répand au bouche à oreille, et ça arrange la plupart des habitants. La propriétaire de l’auberge est une femme incroyable. Aussi belle que forte. Le genre de femmes qu’on ne peut qu’admirer.

Le beau médecin enfonce sa clef dans la porte de son petit établissement décorée d’une simple pancarte en bois, cadeau d’un voisin généreux ou juste pris de pitié pour Maxwell. Il laisse la porte entrouverte et se frotte les mains, retournant au travail après sa petite pause. Pour l’instant il n’a pas de clients. Il a laissé partir ce matin un jeune homme, remis d’une forte fièvre et depuis plus rien. Mais l’exercice de son métier requiert sans douter d’une bonne dose de patience. C’est donc sagement que Maxwell s’installe sur son tabouret et plonge ses longs doigts fins dans une carafe d’eau froide, les nettoyant sommairement. Il ressert son catogan, glisse ses mèches rebelles derrière ses oreilles et enfin saisit une feuille pour faire l’inventaire de ses plantes médicinales. Même si ce n’est pas une activité palpitante, ça aura au moins le mérite de faire passer le temps.
© Starseed


Docteur Blackwood
" A votre service. "
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Jan - 21:58
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 113
Localisation : Tortuga
Age : 32
What do you want ?
La jalousie est un défaut plus que dangereux.
Maxwell Blackwood ✧ Andreas Vane
Je n’aime pas les inconnus, c’est un principe de base. Une fois présentés, je les jauge et je décide si je les apprécie ou non. C’est sommaire mais mon instinct me trompe rarement. Cet homme là, que j’observe depuis le fond de la salle, on ne me l’a pas encore présenté. One Eye dit que c’est un médecin sans le sou qui s’est installé dans ce que les bourgeois appellent bas-fonds. Dans nos quartiers en somme. Et il vient régulièrement rendre visite à Elianor. Mon Eli. Oui, constatez que je suis un brin possessif avec tout ce qui fait partie de ma vie, vivant ou non. Alors ce type ne me plait guère mais il est médecin alors il a le bénéfice du doute. Yeux plissés, je le suis du regard lorsqu’il prend sa collation ou que sais-je. Je ne connais pas ses habitudes, son horloge intérieure. En revanche je sais reconnaître quelqu’un qui cache quelque chose. Ce bellâtre a un secret et ça ne me plait pas qu’un homme faux tourne autour d’elle. Non, ça ne me plait pas que quiconque tourne autour d’elle. Il sort, je le suis de loin. Il va à son cabinet, rien de folichon. Il entre, j’approche et l’observe encore.

« On tient son journal, le doc ? » dis-je en me plantant dans l’encadrure de la porte non fermée.

Pas de sursaut, je dirais qu’il a connu les mauvais quartiers avant celui-ci. Cet air à la fois blasé et absent qu’il a me fait froncer les sourcils. J’entre sans y être invité. Autant qu’il sache qu’ici il n’est pas maître même s’il paye un loyer. Je jette un regard à la ronde, c’est chichement décoré pour ne pas dire que c’est le néant. Pourtant il inspire l’argent. Je dirais qu’il l’a perdu. Le jeu ? L’alcool ? Possible…

« Vous semblez bien palot pour le coin. Oiseau de nuit ? »

Je m’appuie contre une étagère recouverte de livres, certains aux airs d’antiquités. Mais pas du genre que je recherche.
Vu de près, je dirais le médecin est plus jeune qu'il ne le parait. Peut être de l'âge d'Elianor. Se connaissent-ils d'avant ? Je serre les dents d'y penser. L'idée m'insupporte.

© Starseed


Offre-moi cet horizon. Yo ho sur l'heure Hissons nos couleurs. Hissez ho, l'âme des pirates Jamais ne mourra.© florissone
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 21:52
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Médecin du Peuple
Date d'inscription : 21/12/2016
Messages : 67
Age : 26
Avatar : Tom Mison
Double compte : /
What do you want ?
La jalousie est un défaut plus que dangereux.
Maxwell Blackwood ✧ Andreas Vane
Les belles lettres arrondies se dessinent sur le papier. Il plonge sa plume dans l’encre et recommence à garnir la feuille de sa belle écriture. Il aime écrire. Il y a quelque chose de relaxant à sortir une plume, la gorger d’encre et de la faire courir sur du papier. C’est comme un art, mais un art utile, et pas seulement décoratif. Mary était une artiste. Elle prenait un crayon et passait des heures à dessiner des femmes avec leurs gros jupons, des enfants galopant sur ses esquisses, des chats miaulant à tue-tête sur les toits… Toujours des scènes de vie et jamais des paysages. Ça faisait du sens, à l’époque. Elle qui était si animée. Mary se plongeait souvent dans cette activité quand les douleurs de la grossesse se faisaient ressentir. Ça lui faisait passer le temps agréablement. Maxwell s’endormait parfois avec le son constant du papier que l’on griffonne et le souffle régulier de Mary à ses côtés.

Le jeune médecin passe sa main sur un vieux dossier dans une étagère et l’ouvre lentement. Les feuilles remplies de dessin sont toutes là. Il pourrait presque sentir le parfum de Mary… Maxwell le referme sèchement lorsqu’il entend les pas de l’inconnu qui passe le pas de sa porte. Sa voix grave emplie la pièce et Maxwell se retourne, dévisageant son patient.

Il est grand, fort, et se tient droit. Pas le moindre signe d’une quelconque souffrance. Et pas la moindre once de politesse, étant donné qu’il entre dans son cabinet sans même s’annoncer ni se présenter. L’homme a le regard perçant, et l’air peu engageant. Ou peut-être est-ce dû au fait qu’il est armé ? Bien sûr, Maxwell possède un atout non-négligeable, qui n’est autre que son éducation privilégiée, qui fait souvent réfléchir deux fois les hommes qui veulent le tuer ou même le blesser. Briser les mains d’un chirurgien, c’est très mal vu. Mais on ne sait jamais à qui on a affaire après tout. Les pirates sont les pires.

Il lui offre un sourire de circonstance, bien loin d’être sincère, et range sa feuille et son encre.

- Bien le bonjour. J’imagine que mon teint est dû au fait que je passe plus de temps le nez dans les bouquins que dehors, monsieur.

Maxwell passe ses mains dans son dos et le fixe de ses yeux bleus.

- Pas de marques sur le corps. De plaies. Pas d’expression de souffrance sur le visage. J’imagine que vous êtes venu me voir pour quelqu’un d’autre ?

Son sourire s’agrandit légèrement quand il rajoute :

- Ou peut-être que c’est un problème d’ordre plus intime ?

Goguenard à l’idée qu’une brute comme lui puisse avoir des problèmes de virilité, Maxwell fait de son mieux pour cacher la malice dans l’expression de son visage.

- Je dois vous avertir que je ne peux pas faire de miracles. Je suis médecin, pas sorcier.  Et… Vous êtes ?

© Starseed


Docteur Blackwood
" A votre service. "
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Fév - 21:43
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 113
Localisation : Tortuga
Age : 32
What do you want ?
La jalousie est un défaut plus que dangereux.
Maxwell Blackwood ✧ Andreas Vane
Le doc reste poli. Il parle comme un homme éduqué, logique vu son métier. Quoique j’ai croisé des chirurgiens qui tenaient plus du boucher, le langage avec. Lui, il me donne du monsieur et des phrases bien tournées. J’ai un tic nerveux qui fait vibrer ma lèvre supérieure, je tente de diminuer mon dégoût. J’ai renié mes origines, je ne supporte guère les bourgeois et les bonnes gens comme on dit. Il passe les mains dans son dos, je n’aime pas ça. Il m’observe à son tour, cherchant pourquoi je suis là. Je reconnais qu’il a du flair. Il a dû passer beaucoup de temps à examiner les gens, pas que pour leurs blessures ou leurs maux.

« Perspicace. »

Mais j’hausse un sourcil quand il parle d’intimité et de miracle. Il croit vraiment que je suis du genre à avoir des problèmes de virilité ? Je soupire, sourire en coin, et sors de quoi fumer. Encore une fois, je ne cherche pas à savoir si je vais déranger.

« Capitaine Vane. »

Ça va certainement lui parler. Mon équipage, mon navire et moi sommes plutôt célèbres dans le coin. Une réputation sanguinaire mais pas seulement. On ramène énormément de marchandises, le navire est un des meilleurs. Je décide de la jouer cordial pour l’instant et lui tend un cigare.

« Cubain. Excellent. »

S’il n’en veut pas, peu importe. Je le fumerais. Sinon j’en ai un autre pour moi. J’aime fumer, et pas que ça mais je n’abuse pas. J’aime garder le contrôle, c’est presque une obsession chez moi. C’est pour ça aussi que je suis là. Je n’ai pas envie que ce docteur maigrichon marche sur mes plates-bandes. Mais je ne dois pas lui rentrer dedans, s’il était du genre bavard, elle n’apprécierait pas.

« Vous ne faites pas de miracles, mais peut-être saurez-vous me dire ce que je suis sensé faire lorsqu’un homme tourne trop autour de l’objet de mon attention ? Le meurtre serait excessif mais il y a bien un… remède ? »

Je ne vais pas non plus tourner autour du pot, pas mon genre. Je tire sur mon cigare et recrache la fumée sous forme de ronds qui se dirigent vers lui avant de se dissiper.


© Starseed


Offre-moi cet horizon. Yo ho sur l'heure Hissons nos couleurs. Hissez ho, l'âme des pirates Jamais ne mourra.© florissone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ET UNE BOUTEILLE DE RHUM :: Les Îles :: Port-Royal :: Cabinet médical-
Sauter vers: