AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bas les pattes !

 :: Les Îles :: Île de la Tortue :: Les Commerces Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Dim 4 Déc - 22:02
Invité
Invité
Invité

 

 © Clarke

 
Et une escale de plus, une ! Encore à bord de son bateau, Keanu observait la ville. Ou tout du moins ce qui en restait. Il n’y avait plus la même ambiance qu’à une certaine époque et il trouvait ça bien dommage. C’était moins fructueux pour les affaires. Mais malgré tout, cela restait un endroit intéressant où il trouvait parfois de petites merveilles. Les marins les plus désespérés venaient refourguer leur bazar, ignorant parfois leur réelle valeur. Pas que l’hawaïen aimait les arnaquer mais s’il pouvait mettre la main sur une rareté en échange d’une bouteille de rhum, il n’allait pas se priver.

Après avoir jeté l’ancre, il commença à faire l’inventaire de ce qu’il comptait vendre ou non. Il avait une sacrée cargaison et il ne voulait pas mettre tout ses pions au même endroit. Pas qu’il ait un sens et la stratégie et du commerce super prononcés mais il avait tout de même conscience de certaines choses. Etaler son commerce était un meilleur moyen de se faire connaître même si cela n’était pas exempt de risques.

Trois tonneaux de rhum maison, deux coffres de bijoux, un cageot de fruits des îles, un de poisson, et un petit lot de couteaux en argent, la pièce maitresse… Ca va bien se vendre !

Il ne doutait pas que tout cela se vendrait rapidement. Bien qu’il n’était pas très regardant sur le prix, il commençait déjà à calculer les bénéfices. Et puis soudainement, il en eut assez de compter. Il porta son regard sur le port et remarqua deux hommes en venir aux mains pour une raison qui lui était étrangère. Cet affrontement soudain lui inspira une chanson et il tâtonna à côté de lui pour attraper son ukulélé et jouer quelques notes tandis qu’il imaginait les paroles dans son esprit. Ca pourrait faire une bonne chanson, il en était persuadé. Lorsqu’il en aurait assez de vendre, il se reconvertirait en chanteur. Encore fallait-il que cela soit un réel métier…

Reposant son instrument sur un tonneau, il se mit à descendre les marchandises petit à petit sur le ponton. Parfois il se disait qu’avoir une aide ne serait pas de mal. Encore fallait-il qu’il trouve un partenaire honnête. Ou une partenaire. Mais cela ne courait pas les rues. Il était bien seul et ne dépendait de personne mais la compagnie lui manquait parfois pendant ses longues recherches en mer. Perdu dans ses pensées, il ne fit pas attention à qui pouvait bien approcher des marchandises qu’il déposait. D’une nature peu méfiante, cela lui jouait souvent des tours. Et ce n’était pas près de s’arrêter…


 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Déc - 9:47
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice pirate
Date d'inscription : 16/03/2015
Messages : 320
Localisation : Tortuga
Age : 24
Avatar : Phoebe Tonkin
Double compte : /

Bas les pattes !

Je sortais à l’instant de la taverne la plus appréciée le l’île. N’ayant pu resister quand on me proposa un jeu d’alcool, nous devions faire passer le plus de verre possible sans tomber. Evidement, mon adversaire n’avait pas mon foie, et avait finit par s’écrouler. Moi même, je ne me sentais pas très bien. La mine la plus fière, même si je ne marchais pas droit, j’avais pris la porte de la taverne et était allée marcher un peu. Au bout d’un moment, je m’étais penchée et je ne sais combien de verres sortirent de mon estomac.
Plus légère, je me relevais et vis un homme me dévisager. Je m’arrêtais, le fixais, le corps branlant.

« Tu veux quoi toi ! L’agressais-je. Dégage d’ici ! »

Ne s’attendant probablement pas à cet abord de ma part, l’homme reprit son chemin, l’air de rien. Peut-être m'avait-il prit pour une de ces prostituées, celles aussi peu respectueuse d'elles-mêmes, qu'elles ressemblent à des porcs. Pourtant, il me semblait aspirer pour de respect que cela. Je n'avais sûrement pas la mine très fraiche.  « Qu'importe, de toute façon » finissais-je finalement par conclure.

Je marchais dans les rues, au niveau des commerces. J’avais volé une pomme sur une étale et je la mangeais avec plaisir. Quand nous embarquions pour plusieurs mois, le fruits et légume se faisaient souvent rares. Pris du scorbut, certains perdaient leurs dents, d’autres finissaient par mourir. Alors, nous jetions leur carcasse à la mer. Aucune odeur n’étais plus écoeurante que celle d’une cadavre en décomposition.

Je profitais du jus de la pomme à chaque fois que je croquais dedans. J’avais l’impression qu’elle m’aidait à reprendre mes esprits, même si mes pas étaient toujours tremblants.

Mon attention fut ensuite portée par deux hommes qui se bagarraient, pris d’une haine dont je me fichais la provenance. Non, ce qui m’intéressait, c’était cet homme -certainement un marchand- qui  était absorbé par le spectacle des deux crétins. Il avait posé devant lui ce qui pouvait n’être qu’un bon trésor pour moi.

Le vol, c’est mon truc. Alcoolisée ou pas, je savais que je pourrais lui dérober ce que je voulais. Alors, rapidement, je jetais un coup d’oeil à ses affaire : Des fruits, des bijoux, des couteaux, du rhum. Que des produits qui pouvaient m’intéresser.

Telle une ombre, je me glissais près de lui et lui dérobais un couteau en argent, ainsi qu’une bouteille de rhum. Il ne semblait pas m’avoir vue, alors je sortis de son potentiel champs de vision, prenant l’air le plus innocent que je pouvais créer son mon visage. Je rangeais subtilement le magnifique couteau dans mon attirail. Il m’appartenait maintenant, les autres seront tellement jaloux!

J’ouvris le bouchon de la bouteille et en sentis l’odeur. C’était un bon rhum! Je goutais du bout des lèvres, car je n’étais pas prête à boire à nouveau.


Nous sommes de ceux qui ne renoncent pas, des chiens enragés, des teigneux, des acharnés. Nous sommes de ceux qui comptent bien devenir capables de tout encaisser. Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 5 Déc - 20:56
Invité
Invité
Invité

 

 © Clarke

 
L’esprit de Keanu avait tendance à vagabonder à la moindre occasion. Pas qu’il avait du mal à se concentrer mais il se laissait facilement distraire pour un oui ou pour un non. Si en plus la distraction était une jolie fille, là on ne pouvait plus rien pour lui. Par chance, il s’agissait là de deux péquenauds qui en venaient aux mains. Néanmoins c’était suffisamment amusant pour accaparer son attention. Mais pas assez pour qu’il observe la bagarre dans son intégralité. Il avait un travail à faire et il ne comptait pas passer la journée là. Reportant son attention sur ses marchandises, il continua de les descendre avant de constater que quelque chose avait changé. Mais à défaut d’être un expert-comptable, il était très observateur et avait une excellente mémoire visuelle. Et là, clairement, il manquait une bouteille. A ce qu’il savait, les bouteilles n’étaient pas douées d’une volonté propre et encore moins dotées d’une paire de jambes pour prendre la poudre d’escampette. La caisse n’était pas penchée et les bouteilles ne pouvant donc rouler hors de leur rangement. Cette disparition soudaine n’en était pas une. C’était un vol.

Fronçant les sourcils, il ne prit pas la peine de dresser l’inventaire total de ce qui pouvait manquer d’autre et leva aussitôt la tête pour repérer le voleur. Qui aurait pu s’approcher de lui assez discrètement pour qu’il ne remarque rien ? Ses yeux se posèrent sur un homme rondouillard qui titubait non loin. Clairement pas le candidat potentiel. Il l’aurait vu arriver (et senti) à plusieurs mètres. Il tourna alors un peu plus la tête et aperçu une femme qui s’éloignait tranquillement, buvant au goulot d’une bouteille de rhum. D’une des siennes ! Elle était assez fine pour qu’il ne l’ait pas remarquée et il trouvait cela fort dommage. Pas parce qu’il aurait pu empêcher le vol mais parce qu’il aurait pu l’admirer bien avant. Mais mieux valait tard que jamais.

Hé !!! Toi là-bas !! Attends voir !!

Sans doute ne se sentirait-elle pas visée. Ou alors si et elle allait fuir. Il préférait ne pas trop se poser de questions et partit à sa poursuite aussitôt. Autant anticiper un maximum Pas qu’il tenait spécialement à récupérer sa bouteille mais, quitte à ce qu’elle la lui vole, autant qu’elle lui dise ce qu’elle pensait du goût. Et puis c’était là l’occasion de discuter avec une femme. Toutes les occasions étaient bonnes. Mais encore fallait-il qu’il puisse la rattraper. Il pressa le pas sans courir, essayant de s’approcher rapidement.

Cette bouteille n’est pas à toi il m’semble !

Foutus voleurs. Mais les femmes étaient son point faible. Elle s’en sortait bien. Pour le moment. Parce qu’il comptait bien lui dire deux mots à cette chapardeuse !


 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Déc - 20:35
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice pirate
Date d'inscription : 16/03/2015
Messages : 320
Localisation : Tortuga
Age : 24
Avatar : Phoebe Tonkin
Double compte : /
Bas les pattes !

Je marchais vaillamment, prise d'une sensation d'extrême gloire -l'alcool décuplant sans aucun doute mes émotions. Je pensais déjà à la façon dont j'allais pouvoir me vanter auprès des autres membres de l'équipage. Il fallait être brillant: Si les pirates enviaient trop mes nouveaux bien, ça partirait en bagarre générale, qui provoquerait un ou deux morts et le capitaine me condamnerait à nettoyer le pont toute seule pendant au moins un mois. Si je me vantais pas assez, tous feraient mine de s'en ficher, mais essaieraient de me voler pendant la nuit. Et oui, tout ce qui est nouveau....

« Cette bouteille n'est pas à toi il m'semble ! »

Un homme interrompit mes pensées. Nul ne servait de réfléchir, ça ne pouvait être que ce foutu marchand. Continuant a marcher, je n'avais qu'une seconde pour réfléchir à ce que je devais faire: prendre mes jambes en courant, ou le tuer?

Aucune de ces deux options ne m'amusa, alors je pris la décision de me retourner, sourire sur-joué aux lèvres. Je me stoppais devant cet homme à quelque chose comme deux mètres de lui. Je brandis alors la bouteille, prenant l'allure la plus orgueilleuse que je pouvais porter.

« Celle-ci? »

Lançais-je, amusée. Sans le laisser me répondre, je pris une grosse gorgée et lécha mon doigt avec lequel je dessinai une croix sur le rhum.

« Maintenant, elle m'appartient. »

J'avais le sourire aux lèvres. Mais très vite, cette situation ne m'amusa plus. Je voulais retourner tranquillement à l'auberge, mais j'eus rapidement la sensation que cet homme me retiendrait ici pour un moment. Par ailleurs, je m'assurai subtilement que le couteau que je lui avais aussi dérobé était bien caché. Il m'était hors de question de lui rendre. C'était bien dommage que ce marchand soit ce type de gars pour qui j'éprouvais beaucoup de dédain. En d'autres circonstances, je l'aurais peut-être courtisé.

Maintenant que j'avais porté mon attention sur autre chose que ma petite personne, je me sentais beaucoup mon soûle. Une brise légère caressait mon visage et les rayons du soleil réchauffait chaque pan de ma peau. Je pris une grande inspiration et posais mon corps tout entier sur ma jambe droite. Croisant les bras, je pris une attitude nonchalante et presque défensive. J'attendais voir patiemment ce que cet homme allait bien pouvoir me dire.


Nous sommes de ceux qui ne renoncent pas, des chiens enragés, des teigneux, des acharnés. Nous sommes de ceux qui comptent bien devenir capables de tout encaisser. Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mar 6 Déc - 22:40
Invité
Invité
Invité

 

 © Clarke

 
Les voleurs fuyaient tous, c’était bien connu. Quel voleur serait assez stupide pour attendre sagement que les forces de l’ordre ou bien le volé, le rattrape pour lui faire passer l’envie de recommencer ? Plus un voleur courait vite, mieux c’était pour lui. Il évitait ainsi la potence. Alors Keanu s’attendait vraiment à ce que la supposée voleuse prenne ses jambes à son cou en entendant qu’il était à ses trousses. Elle pouvait aussi feindre de ne pas se sentir concernée mais il n’y croyait pas trop. Il était déjà prêt à courir pour de bon pour la rattraper et récupérer ainsi son bien. Il était à l’affut du moindre mouvement qui débuterait une course effrénée. Mais non. Rien de tout cela ne se produisit.

Contre toute attente, la jeune femme, d’ailleurs fort jolie et plus féminine qu’il ne l’aurait cru, stoppa sa marche au lieu de l’accélérer et se tourna vers lui. En deux mots, il sut qu’elle n’allait pas fuir et qu’au contraire, elle allait lui tenir tête. Clairement, ce n’était pas son premier vol. Elle ne niait même pas son larcin et le provoqua même à la fois par la gestuelle et la parole. Keanu haussa des sourcils surpris, ne s’attendant pas à un tel comportement. Il en avait presque oublié pourquoi il lui courait après. Presque.

Alors… ce que tu touches t’appartient ? Intéressant…

Clairement, la jeune femme ne comptait pas lui rendre la bouteille et sa position ne laissait aucun doute sur ses intentions. Elle se disait sans doute qu’en étant insolente et têtue, personne n’oserait la reprendre. Bien que Keanu n’était pas quelqu’un de revanchard et qu’il ne tenait pas spécialement à sa bouteille, il ne voulait pas non plus la laisser partir si facilement. Il se rapprocha, comblant la distance qui les séparait et planta ses yeux marrons dans les siens, non sans se séparer de son sourire. Et puis, sans prévenir, il tendit l’index et traça une croix rapide sur le buste de la jeune femme comme elle l’avait fait sur la bouteille.

Je crois que c’est moi qui suis le plus gagnant à présent…

Bien entendu elle ne lui appartenait pas mais il s’amusait à lui retourner sa façon de voir les choses. Néanmoins, ce qui le taraudait le plus n’était pas le vol en lui-même. Sans la quitter des yeux, il désigna la bouteille qu’elle tenait, ne cherchant pas à s’en emparer.

Qu’est-ce que tu en penses ? Tu le trouves bon ?

Quitte à ce qu’elle le boive, autant qu’elle lui donne son avis. Il préférait aviser en cours de route plutôt que de simplement se dire qu’il ne s’agissait là que d’une banale voleuse. Elle avait l’air d’être plus que ça et cela l’intriguait.


 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Déc - 19:24
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice pirate
Date d'inscription : 16/03/2015
Messages : 320
Localisation : Tortuga
Age : 24
Avatar : Phoebe Tonkin
Double compte : /
Bas les pattes !

Le marchand s’approcha de moi, si près que ça en devenait intimidant. Il avait plongé son regard dans le mien et traça vulgairement une croix au dessus de mes seins.

« Je crois que c’est moi qui suis le plus gagnant à présent… »

La réponse à ma provocation me vexa aussitôt. Jamais personne n’avait osé me parler sur ce ton, même quand j’étais serveuse à Tortuga, avant de rejoindre les rangs de la piraterie. Je ne m’attendais absolument pas à une telle réaction de sa part. Apparement, il avait déjà eu à faire avec des personnes, comment dire, dans mon genre de caractère… Ne sachant plus où me mettre, tant son geste m’en avait bouché un coin, je m’esclaffais d’un rire forcé.

« Tu es bien mâlin, toi. Comment t’appelles-tu? »

Lui demandais-je, intrigué. Je ne m’étais réellement pas attendue à cette façon de réagir. Un marchand, quand on lui vole ses bien, veut un partit rendu. Dans son cas, il semble même content de cette rencontre, la prenant comme un jeu. Cet homme est sûrement un charmeur, le genre qui fait chavirer le coeur des femmes en quelques mots. Si j’avais été un homme, il n’aurait certainement pas eu cette allure si nonchalante.

Il ne m’avait toujours pas quitté des yeux, et je commençais à m’offenser. Lui aussi, me provoquait à sa manière, et sa fonctionnait à merveille je dois l’admettre. Personne n’aurait osé agir de la sorte, et j’ai la conviction qu’il est assez intelligent pour savoir que j’avais sûrement, caché derrière mes vêtement, de quoi le tuer. Peut-être pas finalement, je pourrais parier qu’il me prend plus pour une femme que pour une personne cruelle, sans foi ni lois.

Le beau marchand désigna d’un geste de tête la bouteille de rhum que je tenais fermement dans la main. Je l’aurais presque oublié, celle-là. Il me demanda ensuite ce que j’en pensais, si je le trouvais bon.

« C’est pas mal je l’admet, tu l’as déniché au bon endroit. »

Dis-je le plus platement possible. Il semblait amusé par cette situation. Pour ma part, je l’étais moins. J’étais toutefois intrigué par ce personnage, si désintéressé de mon vol. Peut-être qu’il avait déjà abusé de ses charmes, mais je voulais en savoir plus sur lui. Je souhaitais le cerner.

Je fis deux pas en arrière, et le regardais rapidement de haut en bas. Il était habillé, un peu à notre façon sur le Neptune. Il semblait aussi fort endurci. Quelques cicatrices qui ne se voyaient pas si on y faisait pas attention. Moi même j’en avais plusieurs, mais elles ne se voyaient cassement plus après la cicatrisation.

« Tu es un voyageur, n’est-ce pas? »

Demandais-je, presque sûre de moi.


Nous sommes de ceux qui ne renoncent pas, des chiens enragés, des teigneux, des acharnés. Nous sommes de ceux qui comptent bien devenir capables de tout encaisser. Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ET UNE BOUTEILLE DE RHUM :: Les Îles :: Île de la Tortue :: Les Commerces-
Sauter vers: