AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

13 ans plus tard ... [Thomas J. Avery] RP EN PAUSE

 :: Pas de quartiers :: Cimetière :: V.4 :: RP's archivés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Mer 22 Avr - 11:04
Invité
Invité
Invité

13 ans plus tard ...
Katheryn et Thomas



Cela faisait près d'un an que la maladie l'avait clouée à quai, près d'un an qu'elle n'avait pas repris la mer. Cela faisait long, mais il fallait s'assurer qu'elle avait retrouvé la pleine possession de ses moyens. Le vieux Doc lui donna son aval, elle pouvait enfin de nouveau être libre et sentir les embruns fouetter son doux visage. Elle se sentait renaître. Mais, car il y a toujours un mais, avant de pourvoir être de nouveau libre, il lui fallait retrouver un équipage. A cette pensée, elle se sentait nostalgique. La perte du capitaine Swann et son équipage l'avait bien plus touché qu'elle n'avait pu le penser. Finalement, elle s'était attachée à cette bande de canailles, de vauriens. Il allait faire son deuil et tenter de s'intégrer dans un nouvel équipage. Il fallait retrouver un équipage et quel meilleur endroit que d'aller à l'île de la Tortue pour écumer les pontons et la taverne locale.

Bien décidée à rejoindre "l'île aux pirates", Kitty Kat se mit en quête d'un navire pour l'y amener. Depuis la disparition du capitaine Swann, l'île avait été peu à peu désertée par les forbans en tout genre et il ne restait plus que des pécheurs, un prêtre défroqué, des indiens, le vieux et elle. Bref, tant bien que mal, elle trouva le moyen pour rejoindre une île plus grande avec des navires pouvant voyager sur de longues distances et donc la déposer à Tortuga l'île de sinistre réputation. Ce petit voyage eu raison des quelques économies qui lui restaient. Maintenant, il ne lui restait plus que de quoi s'offrir une petite chambre et un repas là-bas, mais elle avait la possibilité de se refaire rapidement en intégrant un équipage pirate. Après tout, ses connaissances en médecine étaient un atout de poids dans son CV. Dans la piraterie, les Docs étaient rares et en avoir un était bon pour le moral des hommes et une assurance contre les morts inutiles.

Katheryn arriva assez tôt en début d'après-midi. Elle se mit aussitôt à arpenter les pontons en quête d'un équipage à compléter. A chaque fois, c'était la même chose, on lui rirait au nez. Elle avait oublié à quel point les pirates pouvaient être machos. Pour eux, une femme était bonne à servir le rhum dans une taverne et à donner du plaisir au lit. Un peu dépitée par la tournure des événements, elle décida de se diriger vers le plus haut lieu commercial de l'île: la Taverne. Là, elle espérait rencontrer plus de succès dans recherche d'un équipage près à l'accueillir. En s'approchant du dit lieu aux caractéristiques clairement identifiées (forte odeur de rhum, chant marin, des bruits de rixes et quelques femmes légèrement vêtues qui tentaient d'attirer le chaland), Kitty Kat sentit son morale remonter. Elle finirait bien par trouver son bonheur dans ce clapier à ordures en tout genre.

D'un pas bien décidé, elle entra dans cette antre de perdition. Pendant une ou deux secondes le calme se fit, les bois-sans-soif observaient l'arrivante avant de retourner à leurs occupations. Dans un premier temps, elle commanda une choppe de bière. Puis, elle commença à observer la salle et par moment, grâce au langage codé pirate, elle parlait de sa quête pour trouver un équipage pouvant l'enrôler. Là encore, à chaque fois ce ramassis d'enfant de putains éclatait de rire. Certain se permettait même des remarques graveleuses qu'ils regrettaient aussitôt quand d'un geste vif et précis Kat' leur écrasait l'entre-jambes. Comment cela se faisait-il que dans tout le lot de mécréants se trouvant là, aucun ne la reconnaissaient ou même la connaissaient de réputation. S'en était déprimant et ce fut de dépit que Kitty Kat commanda un ragoût de poisson et une bouteille de rhum au tavernier. Elle se trouva une petite table tranquille vers le fond de la salle d'où elle pouvait embrasser d'un seul regard toute la pièce.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 22 Avr - 20:58
Invité
Invité
Invité


13 ans plus tard...
Katheryn & Thomas
L’île de la Tortue. Un véritable phénomène insulaire. Impossible de ne pas connaître ce bout de terre lorsqu’on pratique la piraterie et la contrebande. C’est d’ailleurs un des rares territoires où ne s’aventure pas la marine royale. Pas de gouverneur ici, pas de loi, sauf celle du plus fort. Chacun peut donc y faire affaire en toute tranquillité.

Le Lys Noir a jeté l’ancre il y a quelques jours déjà. Le capitaine avait besoin d’y faire un saut, notamment pour des renseignements. Il tenait une nouvelle piste. Leur prochaine prise pouvait être vraiment intéressante... Profitant de l’escale, l’équipage avait quartier libre.
Il fallait que les hommes décompressent. La vie en mer était loin d’être aisée. Des mois durant sur un pont brinqueballé par les flots capricieux, à se rassasier de repas maigres et à boire du rhum coupé avec de l’eau. Et sans l’ombre d’une demoiselle pour satisfaire les besoins évidents de ces mâles. Vous vous imaginez donc à quoi ces pirates dépensaient leur butin une fois à terre.

Mais à présent, toutes les informations étaient récoltées, les rénovations effectuées et les vivres achetées puis mises en réserve. Peut-être manquerait-il quelques barils de rhum. Le capitaine souhaitait aller en négocier quelques litres demain matin et Thomas avait promis de l’accompagner.
Le départ était par conséquent imminent, probablement le lendemain si le vent le permettait. Profitant de la dernière soirée, une grande partie des hommes faisait la fête dans les diverses tavernes et maisons closes de l’île.

A la grande déception du quartier-maître, son ami et capitaine avait décliné son invitation à se joindre aux réjouissances. Thomas, en bon vivant qu’il était, n’en avait pas moins décidé de passer une excellente soirée immergée dans l’alcool, les chants et la douce compagnie. Du moins, c’est ce qu’il avait prévu. Mais cette soirée lui réservait bien des surprises.
Bien qu’il lui arrive de temps en temps de penser à sa sœur, qu’il n’avait pas vue depuis 13 années, il était à des lieues d’imaginer qu’il la retrouverait ce soir. Il n’imaginait même pas la revoir un jour en fait.


« Thomas ! »

C’était un gars de l’équipage. Un bon marin, qui faisait bien son travail et que Thomas connaissait depuis longtemps. Comme tous les membres qui avaient quelques années de bouteille sur le bateau, l’homme appelait le quartier-maître par son prénom. C’était Thomas qui insistait en ce sens, mais les nouvelles recrues avaient souvent du mal à faire tomber les politesses inutiles.

« Tu as entendu les rumeurs ? Paraît qu’y a une femme qui cherche à embarquer. Elle a fait du foin partout toute l’après-midi. Les gars parlent que de ça ici.

- Mmmh oui j’ai entends ça.

- Bien sûr personne en a voulu. Une femme sur un bateau, c’est pas sûr. Enfin tu vois ce que j’veux dire. Mais tu sais quoi ? Bah ma parole se pourrait bien que ce soit la fille qui accompagnait Swann avant.

- Ah celle qui prenait soin des bobos ? Ouais, le capitaine Swann en était pas peu fier. On en entendait beaucoup parler y’a un temps. Mais depuis, ce pauvre capitaine et tout son équipage ne sont plus. La fille doit avoir coulé avec. »


Thomas porta sa pinte à ses lèvres. Il avait un peu connu Swann de son vivant bien sûr mais n’avait jamais rencontré la femme en question.

« Que non ! répliqua avec enthousiasme le gars. Je suis sûr de l’avoir reconnue. Je l’ai vu qu’une fois mais on oublie pas un si joli visage. Elle est encore là, dans le fond. »

Thomas n’y portait que peu d’intérêt. Cette femme n’était pas un vrai médecin et il doutait sincèrement de son utilité sur le navire. Elle n’était pas la première fille à vouloir intégrer un équipage pirate. Celles-là étaient du genre à avoir du caractère, mais suffisamment pour faire face à une bande d’hommes costauds et sans vergogne ? Rien n’est moins sûr. En outre, l’idée ne serait certainement pas au goût du capitaine...
Le pirate jeta néanmoins un coup d’œil dans la direction indiquée par son matelot. Le visage qu’il vit lui était étrangement familier et il s’y attarda sans en avoir conscience, si bien que la jeune femme croisa son regard, se sentant probablement épiée avec un peu trop d’insistance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 24 Avr - 13:48
Invité
Invité
Invité

13 ans plus tard ...
Katheryn et Thomas



Toute seule à sa table dans le fond de la salle, Kitty Kat était en train de ruminer cette longue journée jalonnée de cuisants échecs. Décidément, le destin se jouait d'elle depuis quelques temps et elle semblait ne pas être prête de retrouver la mer de si tôt. Elle fut tirée de ses pensées par une serveuse gironde à la peau mordorée et à la chevelure plus noire que le jais. Un joli brin de fille typique des îles. Un bref signe de tête agrémenté d'un sourire pour remercier la serveuse avant que cette dernière ne retourne à ses occupations. Kat resta un instant à regarder sa pitance. C'était un ragoût de poisson tout ce qu'il y avait de plus normal. On pouvait y voir quelques patates baignant dans une sauce épaisse et odorante où se trouvait quelques morceaux de poissons locaux non-identifiables. La jeune femme touilla un peu sa tambouille de manière machinale comme un réflexe. Pendant ce temps, elle écoutait distraitement le brouhaha de la salle, mais elle ne parvenait pas vraiment à distinguer quoique ce soit dans cet entremêlement de voix.

Soudain, son sixième s'éveilla. Doucement, elle releva son regard de son plat pour épier la salle à la recherche de ce qui provoquait ce sentiment de malaise. Finalement, elle croisa le regard d'un homme accoudé au comptoir. Elle l'observa un peu. Il semblait perdu dans ses pensées et son regard semblait regarder au loin, passer à travers elle et même le mur du fond de la salle pour voir ce qui se trouvait au-delà de l'horizon. C'était donc lui la cause de son désagrément. Elle baissa de nouveau son regard vers son assiette et commença à manger. De temps en temps, elle jetait une œillade en direction de cet homme afin de le détailler un peu. Il semblait plutôt bien bâti même s'il avait l'air moins imposant que la plupart de ces forbans, mais quelque chose en lui, lui était familier. Elle n'aurait pas su dire quoi, mais elle était ce sentiment diffus et indescriptible. Elle secoua légèrement la tête comme pour chasser cette idée et repris tranquillement son repas sans plus se soucier du rêveur du comptoir.

Il devait être écris quelque part que ce jour ne serait pas celui de la jeune pirate. Un groupe de quatre marlous se plaça devant sa table l'air goguenard. Ils se filaient entre eux des coups de coudes complices en gloussant comme des nones qui voient un homme pour la première fois. Elle faisait mine de ne pas les avoir vus, car elle savait pertinemment que c'était un coup à trouver les ennuis en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire. Perdant patience, l'un des soudards planta sa dague sur la table juste en face de Kitty Kat. Avec cela, elle ne pouvait plus faire semblant des les ignorer, alors elle prit sa voix la plus enjôleuse pour leur parler avec un sourire mielleux accroché à ses lèvres.

- Katheryn Avery: Bonjour messieurs. Que puis-je pour vous ?

Ils éclatèrent de rires, comme s'ils avaient une bonne blague à raconter. De son côté, Kitty Kat se doutait bien que cela n'allait pas voler bien haut, mais elle fit en sorte de garder son sourire et surtout son calme.

- un pirate: Y parait que tu cherches à embarquer ?

- Katheryn Avery: Effectivement !

- un pirate: Moi, j'veux bien t'embarquer sous ma tente. Et ce fut un éclat de rire généralisé chez les quatre malabars.

- Katheryn Avery: Je vois. Cependant, je vais décliner cette offre, car elle ne correspond pas au genre d'embarquement que je souhaite.

Avant même de pouvoir rajouter quoique ce soit, le gars retira sa dague de la table et se mit à lui parler d'un ton plus menaçant en pointa sa lame en direction de son joli visage.

- un pirate: C'est ce qu'on va voir la péronnelle. Tu vas v'nir avec nous et tu vas être gentille. Sinon ... Sans finir sa phrase, il fit signe avec son pouce qu'il l'égorgerait.

- Katheryn Avery: Je vois que j'ai à faire à de véritables gentlemen.

Puis sans prévenir, elle balança son assiette chaude au visage du pirate qui lui faisait face et qui la menaçait avec sa dague. D'instinct, l'homme lâcha son arme pour essuyer son visage de la nourriture trop chaude qui le brûlait. Figé par la stupéfaction, ses camarades reprirent leur esprit et bloquèrent la sortie à la jeune femme. Ils avaient dégainé leur sabre près à en découdre. Kitty Kat savait qu'il était inutile de chercher à parlementer avec eux et que ce n'était pas la peine de voir l'un des clients de ce bouge faire le moindre geste pour l'aider. Alors, elle dégaina à son tour son sabre d'abordage. Même si ce n'était pas une grande combattante, la jeune femme se débrouillait très bien en combat. Puis, elle pouvait compter sur son agilité, sa rapidité et son sens de la réflexion. Le combat allait bientôt commencer tandis que le quatrième lascars s’apprêtait à rejoindre ses camarades pour donner une bonne leçon à la fillette qui lui avait ébouillanté le visage avec son ragoût de poissons.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 25 Avr - 16:10
Invité
Invité
Invité


Thomas s’était laissé emporter par ses pensées.  Le visage de cette femme, sans qu’il ne put ni le comprendre ni l’empêcher, avait fait ressurgir des souvenirs. Lorsqu’il reprit pied dans la réalité, la taverne était suspendue dans un silence tendu qui ne laissait place à aucun doute. Une bagarre était sur le point d’éclater. Scène habituelle dans le coin faut dire.

Décidément, tous ces gars sont dans la démesure. Peuvent pas boire un coup et se tenir tranquilles.
Bon, il faut avouer que Thomas était un peu dans ce style aussi. Il était partisan de l’adage « vivre à fond ». Et inévitablement, la boisson finissait par monter à la tête et les gros bras aimaient se tester, dépasser les limites. Bref, ça finissait toujours en baston. Le quartier-maître du Lys Noir aimait ça. Un peu d’adrénaline était toujours appréciée.
Mais ce n’était pas pour autant qu’il participait à chaque querelle, au contraire. Chacun ses problèmes. Inutile de s’en mêler.

A cet instant donc, la plupart des clients observaient ce qui se passait avec plus ou moins d’excitation mais en retenant leur souffle. Au premier coup, le spectacle commencerait et ce serait des effusions de cris, voire d’encouragements.
Thomas comprit soudain que toute cette agitation provenait du fond de la salle. Il découvrit alors les quatre gars qui menaçaient la jeune femme dont il était question un peu plus tôt. Il avait loupé les présentations vraisemblablement. Mais il n’était pas difficile d’imaginer les paroles qui avaient été échangées. Après tout, cette demoiselle était plutôt jolie.

Thomas soupira. Fallait être vraiment pas courageux pour s’en prendre à une femme. Bien qu’il aurait facilement admis que les dames puissent se battre correctement – c’était d’ailleurs presque nécessaire dans ce monde sans foi ni loi – s’en prendre à elle à quatre contre un était loin d’être glorieux. Et notre pirate détestait par-dessus tout les lâches dans ce genre. Sans compter qu’il n’aurait jamais forcé une femme lui, même si c’était une pratique courante chez beaucoup de forbans.

Bien entendu, personne n’était prêt à intervenir. Thomas était certes curieux de voir cette jeune femme se défendre, sabre en main. Mais contre ces quatre malotrus, elle aurait peu de chance. Il se leva donc et d’un air enjoué, s’adressa aux agresseurs :

« Messieurs ! J’ai moi aussi envie d’un peu d’exercice ! »

Il s’approcha sous les regards étonnés et curieux des spectateurs. Ses interlocuteurs le toisaient avec un peu de méfiance. Thomas dégaina à son tour.

« Allez gentlemen, à qui le tour ? Vous n’allez quand même pas attaquer cette demoiselle à quatre ?! Si c’est une petite joute que vous voulez, moi je suis partant. Et je suis sûr que d’autres dans l’assistance ne diront pas non. »

Effectivement, à cette annonce, quelques clients braillèrent des « ouais » enthousiastes. Les membres du Lys Noir n’étaient d’ailleurs pas les derniers à montrer leur motivation et s’apprêtaient à prêter main forte à leur quartier-maître.
Thomas sourit, confiant et sûr de lui, et se mit en garde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 26 Avr - 9:43
Invité
Invité
Invité

13 ans plus tard ...
Katheryn et Thomas



Alors que le temps venait de suspendre son vol dans la taverne, on pouvait entendre quelques murmures de matelots qui devaient certainement prendre des paris sur l'issue du combat qui ne faisait pas de doute. Une fillette contre quatre redoutables pirates tout ce qu'il y a de plus viril. Les jeux étaient fait dans l'esprit des spectateurs qui restaient tout de même intéressés par le combat à venir. Après tout, il y avait peu de distraction sur l'île hormis les catins et le rhum. Kat' regarda ses quatre adversaires, les détailla afin de voir ce qu'elle pouvait trouver comme faiblesse dans leur défense ou plus largement dans leur façon de se tenir. Au sourire torve du pirate ébouillanté, Kitty Kat répondit pas un petit doigt d'honneur ponctué par un petit clin d’œil malicieux. Décidément, elle savait vraiment comment se faire des amis la donzelle. Puis, surgit de nulle part, le chevalier blanc étincelant dans son armure de bravoure arriva pour équilibrer les choses. Tout en gardant un œil sur les énergumènes qui voulaient danser avec elle, la jeune femme détailla le nouveau venu et reconnu rapidement celui qui la regardait fixement il y a peu. Elle se redressa plaçant la lame de son sabre sur son épaule. Elle posa sa main libre sur sa hanche et prit un air faussement ingénue. Elle avait décidé de jouer le jeu. Après tout, c'était le moment de montrer aux autres qu'elle pouvait embarquer, qu'elle pouvait rejoindre un équipage. Puis, Kitty Kat se sentait d'humeur joueuse finalement. Elle avait quelques frustrations à évacuer et quoi de mieux qu'une bonne bagarre au final.

- Katheryn Avery: Messire, je suis fort aise de vous savoir prêt à m'aider. Cependant, ces gentlemen me comptent fleurette. Il est donc normal que je leur réponde comme il se doit. N'est-il pas ?

Elle prenait des airs de grandes dames en disant cela en forçant l'accent mondain. Puis un large sourire étira ses fines lèvres. Elle toisa les quatre gus qui ne savaient plus où donner de la tête entre le nouveau joueur arrivé sous les vivats de l'assemblée et qui semblait avoir le soutient de quelques partisans près à le rejoindre dans cette joute, puis la donzelle qui jouait avec leurs nerfs. Sans plus attendre, d'un bon coup de pied dans la table, elle la fit basculer sur deux de ses "prétendants" pour mieux fondre sur les deux autres quelque peu désarçonnés par la manœuvre et le fait qu'elle déclenche la bagarre sans prévenir. Pendant qu'elle s'amusait avec les deux malandrins qui étaient encore debout, les deux autres étaient en train de s’extirper de dessous la table et palpaient le sol de leurs mains tremblantes de colère à la recherche de leurs armes. Le quatuor était presque réunit pour le plus grand plaisir des spectateurs et Kitty Kat jouait le jeu tel un acteur de théâtre en pleine représentation. Une parade par-ci, un coup d'estoc par là. Elle faisait vraiment le spectacle.

- Katheryn Avery: Alors messieurs ? Toujours envie de m'embarquer sous votre tente ? Disait-elle d'un ton ironique. Puis s'adressant à la foule des spectateurs. Personne ne veut d'un docteur à son bord ? De plus, comme vous le voyez, je sais me défendre. Saugrenue de faire cela pendant une rixe contre de forbans, mais elle était comme ça. Après tout, elle voulait trouver un embarquement et quoi de mieux qu'une bonne démonstration de son savoir faire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 27 Avr - 23:30
Invité
Invité
Invité


Cette fille en veut !

Ce fut la première pensée de Thomas devant l’attitude de la demoiselle. Pour le coup, elle, elle ne manquait pas de témérité. Et peut-être aussi d’imprudence. Mais dans tous les cas, Thomas appréciait son courage, sa volonté et son sens du spectacle.
Elle refusa son aide avec un faux air de lady, haut et fort pour exposer aux yeux et aux oreilles de tous sa détermination, sa capacité à se débrouiller seule. Qu’il en soit ainsi ! Après tout, la jeune femme cherchait à intégrer un équipage en tant que « médecin » pas vrai ?

Elle a bien raison, faut qu’elle fasse ses preuves.

Thomas s’écarta donc légèrement pour lui laisser le champ libre. Il l’observa prendre de court les quatre assaillants et mettre a taverne sens dessus dessous. Digne d’un mec ça !

Elle se défendait pas mal et tenait tête à deux des hommes. Même si ces derniers n’étaient pas de première fraîcheur après les litrons qu’ils avaient probablement ingurgités, ils restaient féroces et plutôt costauds face à la frêle demoiselle. Elle savait néanmoins exploiter les faiblesses de ses adversaires et tirer avantage de ses forces.
En pleine baston, Thomas s’amusa à détailler d’un peu plus près la donzelle. Un joli brin de femme... Bizarrement, l'étrange sentiment qui s’était emparé de lui un peu plus tôt, avant que cet incident ne se déclenche, ressurgit. Un sentiment de familiarité qu’il n’arrivait pas à expliquer. Il était pourtant sûr de ne jamais l’avoir rencontrée. Et malgré tout, il lui semblait la connaître. Un air de déjà vu si vous voulez.
Il était à milles lieues de remarquer l’air de famille qu’ils partageaient.

Le combat poursuivait tranquillement son cours pendant ce temps-là. La jeune dame semblait prendre bien du plaisir à jouter avec ces messieurs et à étaler son talent. Avec aisance, elle en profita même pour se faire encore un petit coup de pub.

« Alors messieurs ? Personne ne veut d'un docteur à son bord ? De plus, comme vous le voyez, je sais me défendre. »

Mais les deux gars coincés sous la table renversée finir par s’en extirper et se lancer à la charge armes au poing. La demoiselle ne devait plus compter avec deux mais bien quatre attaquants. Thomas, qui hésitait encore à s’en mêler, du pourtant arrêter un coup de sabre qui allait atteindre la jeune femme.
Il lui jeta un coup d’œil. Et puis maintenant que j'y suis hein ! Inutile maintenant de rebrousser chemin et de se retirer du combat. Le quartier-maître du Lys Noir mit donc rapidement au tapis les deux lascars sous les cris déchaînés des clients qui étaient bien contents de ce divertissement.

L'événement s'essouffla ensuite. Tous retournèrent à leur table poursuivre leur soirée arrosée. Thomas s'adressa à la farouche demoiselle :

« Vous savez vous défendre en effet. Je pense que vous allez trouver votre place dans un équipage, ça ne fait pas de doute. Même si beaucoup de pirates sont frileux en ce qui concerne les femmes. Mais mon capitaine a déjà accepté des dames à bord, alors peut-être sera-t-il intéressé par vos compétences. »

Il lui adressa un sourire et continua :

« Alors ? Que direz-vous qu'on lui en parle ? Je m'appelle Thomas. Thomas Avery et je suis quartier-maître sur le Lys Noir. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 29 Avr - 18:02
Invité
Invité
Invité

13 ans plus tard ...
Katheryn et Thomas



Alors qu'elle était occupée à divertir la foule avec les deux imitations de pirates ivres, le type brun qui était précédemment intervenu s'interposa entre la jeune femme et les deux pirates qui avaient fait un séjour sous la table. Elle les avait vus venir, mais son "sauveur" fut plus prompt à réagir. Ce dernier se débarrassa rapidement de ses adversaires sous les vivats de la foule et plus particulièrement des hommes d'équipage qui étaient sous ses ordres. Pour faire bonne figure, Kitty Kat plia son affaire presque aussi rapidement, non sans y aller d'une dernière invective en direction des spectateurs.

- Katheryn Avery: Toujours personne d'intéressé ? Comme c'est bien dommage.

Elle ponctua sa phrase par un magistral coup de pied dans la virilité du dernier combattant encore debout. Il s'écroula sous la douleur et en perdit connaissance. A cette vision, Kat affiche un léger sourire malicieux. En regardant autour d'elle, elle vit que le silence s'était fait. Tous avait eu mal pour le pauvre pirate qui gisait au sol. Maintenant, elle était certaine que l'on ne s'amuserait plus à lui faire des blagues à la con comme ces idiots. Après quelques secondes, tous les clients de la taverne retournèrent à leurs occupations sans se soucier plus que ça de la suite des événements. L'homme qui était intervenu à ses côtés arriva pour lui parler. Tout en l'écoutant, la jeune femme remit la table et les chaises en place afin de pouvoir s'asseoir à nouveau à sa place. D'un signe de la main, elle interpella la serveuse. Son interlocuteur loua sa façon de se défendre et émit l'idée qu'elle trouverait un équipage sans problème et parla même de son capitaine. Alors qu'elle commençait à s'intéresser à ce qu'il disait, il finit par se présenter.

Thomas J Avery: Alors ? Que direz-vous qu'on lui en parle ? Je m'appelle Thomas. Thomas Avery et je suis quartier-maître sur le Lys Noir.

- Katheryn Avery: Thomas !?

Souffla-t-elle entre ses lèvres. Elle était abasourdie par cette révélation. Puis, elle sentit venir du plus profond de son être une terrible colère qui la submergea par vagues successives à la façon de mille tsunamis. Les larmes commencèrent à arriver au bord de ses yeux. En moins de deux secondes, elle passa par tous les états émotionnels possible pour finalement exploser. Alors que le fameux Thomas ne s'y attendait pas, elle lui décrocha un terrible coup de poing du droit en plein menton. Elle dû faire d'infinis efforts pour ne pas se jeter sur lui et faire pleuvoir une série de coups sur son infortuné frère qui n'avait probablement pas encore réalisé qui était la jeune femme. Finalement, malgré la gorge nouée, Kitty Kat parvint à articuler quelques mots.

- Katheryn Avery: Espèce d'enfoiré ! Comment as-tu pu nous abandonner maman et moi ? Elle hurla au point de faire régner un silence de mort dans la taverne. COMMENT AS-TU PU NOUS FAIRE CA ?

Elle se laissa tomber sur une chaise complètement abattue par la nouvelle. Elle en avait oublié sa recherche d'équipage, la proposition qui venait de lui être faite. Tout ce qui tournait dans sa tête c'était le nom de son frère. En même temps elle le fixait complètement éberluée de le retrouver enfin. Ces retrouvailles se faisaient dans de drôle de condition. Kat ne pouvait s'empêcher de repenser à sa mère morte sans le revoir, alors que dans ses délires elle le réclamait. La jeune femme avait l'impression que sa tête allait exploser à cause de la tempête de sentiments et de souvenirs était en train de la submerger.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Jeu 30 Avr - 21:11
Invité
Invité
Invité


Mais c’est quoi ce bordel ?!

Elle avait pété un plomb quoi ? Thomas se remit du coup qui l’avait quelque peu déstabilisé et regarda la demoiselle avec stupeur. Elle lui avait envoyé un terrible coup de poing. C’était une frappe qui venait des tripes ça. Elle semblait bouleversée, furieuse. Il n’y comprenait rien. Pourquoi s’était-elle emportée tout d’un coup ?
Thomas resta immobile, la mine interrogative. Il n’était pas fâché, il ne se sentait pas vexé ou offensé. Il était juste pantois. Ce n’était pas la première fille qui le frappait de colère, mais il en connaissait généralement la raison – Thomas se montrait pourtant aussi gentleman que possible mais tout ne pouvait pas toujours se passer comme sur des roulettes.

Un tel rebondissement avait à nouveau attiré l’attention des clients attablés. Sans compter les cris de fureur qui finirent par sortir de la bouche de la jeune fille :

« Espèce d'enfoiré ! Comment as-tu pu nous abandonner maman et moi ? COMMENT AS-TU PU NOUS FAIRE CA ? »

Maman et moi ?! Non c’est impossible... Katty ? Sa sœur, sa petite sœur. Mais elle était si... si femme ! Il se souvenait d’elle du haut de ses 13 ans. Attends une seconde, aujourd’hui elle devrait avoir... 25 ou 26 ans. Oui, c’était donc possible.
Après tout, Thomas n’avait jamais cru que sa sœur était morte. Il la savait en vie quelque part. Mais il ne pensait pas la revoir un jour. Et surtout pas à Tortuga, l’île des pirates !

Que faisait-elle ici ? Oh non, avait-elle sombré dans la débauche ? Sa petite Katty, si mignonne. Elle aurait du être une dame, comme leur mère. Il fut un peu peiné. Il se sentait également honteux en se rappelant les circonstances de leur séparation. Et en même temps tellement heureux d’avoir l’occasion de la revoir, découvrir la femme qu’elle était devenue.
Il pensa à leur mère et eut le cœur pincé. Il pensait pourtant avoir dépassé ça depuis belle lurette. Mais il la regrettait. Et il regrettait sa folie d’adolescent qui l’avait amené à prendre la mer pendant de longs mois. Jamais il n’avait imaginé qu’il serait parti si longtemps de la maison. Il ignorait qu’il perdrait sa famille dans cette entreprise. Car à son retour...

Mais Thomas n’était pas homme à ressasser le passé. Après ces brefs instants de nostalgies douloureuses, il ne put empêcher ses lèvres de s’étirer en un sourire tendre qui témoignait de sa joie de retrouver sa petite sœur.
Katheryn s’était affalé sur sa chaise et le fixait intensément. Il s’accroupit pour être à sa hauteur.

« Katty... C’est un miracle. Je ne pensais jamais te revoir. Tu es si belle ! »

Les yeux de sa sœur bouillonnaient encore de colère. Compréhensible.

« Je suis vraiment désolé. Tu as du traverser tellement de moments difficiles... »

Il n’osa rien ajouter. Il n’osa pas se justifier. Elle n’était sûrement pas prête à l’écouter de toute façon. Il s'essaya à poser une main sur le genou de la jeune femme et la regarda.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 15 Juil - 11:53
Invité
Invité
Invité
Katheryn E Avery a écrit:

13 ans plus tard ...
Katheryn et Thomas



Affalée sur une chaise, elle fixait ce fantôme du passé. Cet homme était donc Thomas. Elle vit ses lèvres bouger, mais aucun son ne semblait pouvoir l'atteindre. Elle était abasourdie par cette rencontre inattendue. Elle n'avait jamais pensé revoir son frère dans ces conditions. Après tout, depuis le temps qu'elle écumait les ports et le monde des pirates, elle aurait pu le croiser plus tôt. Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Pourquoi le croiser enfin alors qu'elle était en situation difficile ? Il y avait tellement de questions qui se bousculaient dans sa petite tête qu'elle ne faisait plus attention à Thomas même si son regard plein de colère le fixait toujours. Elle ne le vit même pas s'agenouiller devant elle. Elle n'entendit pas ses quelques mots. Katheryn était bien trop prise par ses pensées pour se rendre compte de quoique ce soit. Il lui avait fallu un peu de temps pour intégrer qu'elle venait de retrouver ce mauvais frère qui les avait abandonnées pour courir l'aventure. Quand elle reprit conscience de son environnement, Kitty Kat le vit face à elle une main posée sur son genou. Elle se dressa d'un bond comme si cette main lui avait une intolérable douleur. Les larmes aux yeux et serrant les dents, elle trouva la force de lui parler, mais le ton n'était pas des plus amicaux qui soit.

Katheryn E Avery: Qu'est-ce que tu crois Thomas ? Tu a perdu le droit de te comporter en frère avec moi le jour où tu nous a abandonné. Tu ... Tu es ...

Elle n'arrivait pas à finir sa phrase tellement Kat bouillonnait de colère. Les larmes qui coulaient à flot de ses yeux de biche cachait mal toute la colère qu'ils renfermaient. A ce moment, elle avait complètement oublié les raisons de sa présence sur l'île. Tout ce qui l'occupait été cette rencontre fortuite avec un fantôme de son passé. Cette rencontre qui faisait remonter tout un tas de souvenirs douloureux. Comme la mort de sa mère après une longue agonie ou bien son entrée dans le monde de la piraterie. Bref, plus elle pensait à son frère et plus toutes ses blessures se faisaient jour. Au point qu'elle avait bien du mal à se retenir de lui coller une autre droite. Son bouillonnement intérieur se voyait par les tremblements de son corps. Puis, sans prévenir, Kitty Kat se laissa tomber genoux à terre avant de se retrouver assise à même le sol comme si toutes ses forces s'étaient envolées. Quand elle reprit la parole, sa voix si grave de colère avait fait place à celle de la petite fille qu'elle était avant toute cette histoire, celle des jours heureux.

Katheryn E Avery: Tu ne te rends pas compte de tout le mal que tu nous as fait. Tu as ... Tu ... Tu as tué maman.

En lâchant cette phrase assassine elle fixa intensément son frère les yeux emplis d'une tristesse infinie. Le temps de la colère était passé pour faire place à celui de la tristesse. Mais pour combien de temps, car Katheryn était du genre volcanique. Il était rare de la voir s'écrouler de la sorte, la voir pleurer ou même parler des événements du passé qui l'avaient conduite à devenir pirate.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ET UNE BOUTEILLE DE RHUM :: Pas de quartiers :: Cimetière :: V.4 :: RP's archivés-
Sauter vers: